Biotechnology

Chapter X : A NEW TREATMENT FOR HYPERTENSION

Autonomic nervous system remodeling by limbic rehabilitation is a very sophisticated technique allowing a physiological treatment  of arterial  hypertension without any medication if the procedure is applied in the early stages of the disease. In cases of very old hypertension the treatment will take many times because of the abnormalities secondary to long acting hypertension which has provoked myocardial hypertrophy and vascular wall stiffness and a very active hormonal and humoral processes secondary to the situation. To understand the efficacy of this technic we must begin to study the etiology and the exact mechanism leading to Hypertension :
Pathophysiology of Hypertension:

High blood pressure is a major cause of morbidity and mortality due to its association with coronary heart disease, cerebrovascular disease and kidney disease. The extent of damage to the target organs (i.e., heart, brain and kidneys) determines the prognosis. According to W.H.O, 15 million people have a stroke each year and 5 million die and 5 million suffer from permanent disabilities. C.V.A ( cerebro-vascular accident) is rare in people under 40 and if it occurs, it is mainly due to hypertension. Hypertension and smoking are the two main modifiable risk factors. Four out of ten people who died from a stroke could have been saved if their blood pressure had been controlled. Recent guidelines clearly indicate that the treatment of isolated systolic hypertension is as important as that of systolic-diastolic hypertension.

The different levels of blood pressure, according to WHO:

High: Ts:> or = 140 mm Hg and Td:> or = 90 mmHg

at risk (prehypertension): Ts: 120-139 mm Hg and Td: 80-89 mm Hg

Normal: Ts <120 mm Hg and Td: <80 to 80 mm Hg

Blood pressure is determined by 3 basic elements:

Left ventricular ejection volume, Heart rate and peripheral vascular resistance

PA = VES x frc x RVP

This is equal to cardiac output x peripheral vascular resistance.

The role of the sympathetic nervous system in high blood pressure :

In 1988: Vargas HM, Brezenoff HE. Suppression of hypertension during chronic reduction of cerebral acetylcholine in spontaneously hypertensive rats. Journal of Hypertension. 1988; 6 (9): 739–745.

Experiments were conducted to determine the effects of chronic depletion of brain acetylcholine (ACh) on the development and maintenance of hypertension in spontaneously hypertensive rats (SHR). Synthesis of brain ACh was inhibited by chronic infusion of hemicholinium-3 (HC-3) into the cerebral ventricles, and systolic blood pressure was monitored by tail cuff occlusion. In 5-week-old SHR, infusion of HC-3 (0.25 micrograms/h) suppressed development of hypertension when compared to saline-infused control SHR during the 21 days of infusion (140 versus 190 mm Hg on day 21). Hypothalamic and brain-stem ACh during this period was reduced by 50% and by 60-75%, respectively. In 18-week-old SHR with established hypertension, HC-3 (0.25 and 0.5 micrograms/h) reduced systolic blood pressure by 35-40 mmHg for 8 days, after which pressures returned to control hypertensive levels (191 mmHg) by day 14. The increase in blood pressure was accompanied by recovery of hypothalamic ACh levels to 75% of control. The specificity and physiological effectiveness of HC-3 was shown by its ability to inhibit the centrally mediated pressor response to physostigmine but not to oxotremorine. Infusion of HC-3 did not affect body growth, water consumption, body temperature or gross behavior. From this study, it can be concluded that brain cholinergic neurons are an important component in the development and the maintenance of hypertension in the SHR.

In 1991: Julius S. Deregulation of the autonomic nervous system in human hypertension. American Journal of Cardiology. 1991; 67 (10): 3B – 7B

An increased sympathetic drive combined with decreased parasympathetic inhibition is found in patients with borderline hypertension, who characteristically have rapid heart rates, high cardiac output and relatively normal vascular resistance (hyperkinetic state). In established hypertension, cardiac output is normal, vascular resistance is elevated and signs of increased sympathetic drive are absent. Apparently hemodynamics and sympathetic drive change during hypertension. The mechanism of the hemodynamic transition in the course of hypertension is well understood. Cardiac output returns from elevated to normal values as beta-adrenergic receptors down-regulate and stroke volume decreases (due to decreased cardiac compliance). The high blood pressure induces vascular hypertrophy, which in turn leads to increased vascular resistance. The mechanism of the change of sympathetic tone from elevated in borderline hypertension to apparently normal in established hypertension can best be explained within the conceptual framework of the “blood-pressure-seeking” properties of the brain. In hypertension, the central nervous system seeks to maintain systemic blood pressure at the higher level. As hypertension advances and vascular hypertrophy develops, arterioles become hyperresponsive to vasoconstriction. At this point, less sympathetic drive is needed to maintain pressure-elevating vasoconstriction, and the central sympathetic drive is down-regulated. The etiology of increased sympathetic drive in hypertension remains unresolved. Subjects with increased sympathetic drive are also usually overweight and have elevated levels of insulin, cholesterol and triglycerides, as well as decreased high-density lipoproteins. Future research must focus on the link between coronary risk factors and sympathetic overactivity in hypertension.

In 2012 Kumagai H & co : Importance of rostral ventrolateral medulla neurons in determining efferent sympathetic nerve activity and blood pressure.

Accentuated sympathetic nerve activity (SNA) is a risk factor for cardiovascular events. In this review, we investigate our working hypothesis that potentiated activity of neurons in the rostral ventrolateral medulla (RVLM) is the primary cause of experimental and essential hypertension. Over the past decade, we have examined how RVLM neurons regulate peripheral SNA, how the sympathetic and renin-angiotensin systems are correlated and how the sympathetic system can be suppressed to prevent cardiovascular events in patients. Based on results of whole-cell patch-clamp studies, we report that angiotensin II (Ang II) potentiated the activity of RVLM neurons, a sympathetic nervous center, whereas Ang II receptor blocker (ARB) reduced RVLM activities. Our optical imaging demonstrated that a longitudinal rostrocaudal column, including the RVLM and the caudal end of ventrolateral medulla, acts as a sympathetic center. By organizing and analyzing these data, we hope to develop therapies for reducing SNA in our patients. Recently, 2-year depressor effects were obtained by a single procedure of renal nerve ablation in patients with essential hypertension. The ablation injured not only the efferent renal sympathetic nerves but also the afferent renal nerves and led to reduced activities of the hypothalamus, RVLM neurons and efferent systemic sympathetic nerves. These clinical results stress the importance of the RVLM neurons in blood pressure regulation. We expect renal nerve ablation to be an effective treatment for congestive heart failure and chronic kidney disease, such as diabetic nephropathy.

In 2012 Kazushi Tsuda : ReninAngiotensin System and Sympathetic Neurotransmitter Release in the Central Nervous System of Hypertension.

Many Studies suggest that changes in sympathetic nerve activity in the central nervous system might have a crucial role in blood pressure control. The present paper discusses evidence in support of the concept that the brain renin-angiotensin system (RAS) might be linked to sympathetic nerve activity in hypertension. The amount of neurotransmitter release from sympathetic nerve endings can be regulated by presynaptic receptors located on nerve terminals. It has been proposed that alterations in sympathetic nervous activity in the central nervous system of hypertension might be partially due to abnormalities in presynaptic modulation of neurotransmitter release. Recent evidence indicates that all components of the RAS have been identified in the brain. It has been proposed that the brain RAS may actively participate in the modulation of neurotransmitter release and influence the central sympathetic outflow to the periphery. This paper summarizes the results of studies to evaluate the possible relationship between the brain RAS and sympathetic neurotransmitter release in the central nervous system of hypertension.

How the nervous system works?

Acute control of baroreceptors: The vasomotor center includes the nucleus of the solitarius tract in the dorsal medulla (integration of baroreceptors), the rostral part of the ventral medulla (pressure region) and other centers in the Pons and midbrain. Arterial baroreceptors respond to distension of the vascular wall by increasing the afferent impulse activity. This in turn decreases the efferent sympathetic activity and increases vagal tone. The net effect is bradycardia and vasodilation.

Consequences of prolonged sympathetic hyperactivity :

(correction)Renin-angiotensin system:
The renin protease cleaves angiotensin to give the inactive peptide angiotensin I. The latter is converted into an active octapeptide, angiotensin II by the angiotensin converting enzyme (ACE). Although the renin-angiotensin system is widespread in the body, the main source of renin is the juxtaglomerular apparatus of the kidney. This device detects the renal perfusion pressure and the sodium concentration in the distal tubular fluid. In addition, renin release is stimulated by adrenergic beta and decreased by alpha adrenergic stimulation. High concentrations of angiotensin II suppress renin secretion via a negative feedback loop. Angiotensin II acts on specific angiotensin receptors AT1 and AT2, causing a contraction of the smooth muscles and the release of aldosterone, prostacyclins and catecholamines. The renin – angiotensin – aldosterone system plays an important role in controlling blood pressure, including sodium balance.

SRAA 3

In addition, renin release is stimulated by the sympathetic nervous system.

SRAA 5

High concentrations of angiotensin II suppress renin secretion via a negative feedback loop. Angiotensin II acts on specific angiotensin receptors AT1 and AT2, causing a contraction of the smooth muscles and the release of aldosterone, prostacyclins and catecholamines. The renin – angiotensin – aldosterone system plays an important role in controlling blood pressure, including sodium balance.

SRAA7

SRAA 6

Adrenal steroids:

Mineralocorticoids  and glucocorticoids increase blood pressure. This effect is mediated by sodium and water retention (mineralocorticoids) or increased vascular reactivity (glucocorticoids). In addition, glucocorticoids and mineralocorticoids increase vascular tone by regulating receptors for pressive hormones such as angiotensin II. Renomedullary vasodepression The renomedullary interstitial cells, located mainly in the renal papilla, secrete an inactive substance medullipine I. This lipid is transformed in the liver into medullipine II. This substance exerts a prolonged hypotensive effect, possibly by direct vasodilation, inhibition of the sympathetic drive in response to hypotension and a diuretic action. It is assumed that the activity of the renomedullary system is controlled by the renal medullary blood flow. Sodium and water excretion Sodium and water retention is associated with an increase in blood pressure. It is postulated that sodium, via the sodium-calcium exchange mechanism, causes an increase in intracellular calcium in the vascular smooth muscle resulting in an increase in vascular tone. The main cause of sodium and water retention may be an abnormal relationship between sodium pressure and excretion resulting from decreased renal blood flow, reduced nephronic mass, and increased angiotensin or mineralocorticoids

ADH ( vasopressin):

Vasopressin is a small hormone, synthesized in the hypothalamus and released into the circulation from the posterior lob of hypophysis. Although historically named as a result of its potent vasopressor actions, these actions only occur when plasma vasopressin is present in the plasma in supraphysiological concentrations. The most important action of vasopressin is its antidiuretic action on the collecting ducts of the kidney. This leads to a decrease in renal free water clearance, concentration of urine, and a reduction in urine volume. The net effect is the reabsorption of water into the blood, which, along with thirst-generated water intake, leads to normalization of plasma osmolality.Regulation of vasopressin secretion and action thus represents a key homeostatic process which protects the osmotic milieu of the body, allowing normal cellular function.

Synthesis :

Vasopressin is most abundantly produced in magnocellular neurosecretory neurons in the supraoptic and paraventricular (PVN) nuclei, transported to terminals in the neurohypophysis, and released into the general circulation. Vasopressin production is also found in parvocellular neurons in the PVN and vasopressinn produced in these neurons is transported to terminals in the external layer of the median eminence, from which it is released into the hypophysial portal system.

MAGNOCELLULAR 1

Release and feedback controle :

Vasopressin release is regulated by osmoreceptors in the hypothalamus (OVLT, SFO), which are exquisitely sensitive to changes in plasma osmolality of as little as 1% to 2%. Under hyperosmolar conditions, osmoreceptor stimulation leads to vasopressin release and stimulation of thirst. These two mechanisms result in increased water intake and retention. Vasopressin release is also regulated by baroreceptors in the carotid sinus and aortic arch, under conditions of hypovolemia, these receptors stimulate vasopressin release to increase plasma volume. At very high concentrations, vasopressin also causes vascular smooth muscle constriction through the V1 receptor, increasing vascular tone and therefore the blood pressure. Accordingly, vasopressin is often administered parenterally as a vasopressor agent in patients with hypotension that is refractory to volume restriction.

image de OVLTVasopressin has effects on the immune system independent of its effect in stimulating the HPA axis. When given intraventricularly to rats, vasopressin decreases the T-cell response to mitogen independently of the HPA axis, probably via the sympathetic nervous system. Like CRH, vasopressin stimulates immune responses in peripheral tissues. Circulating or local vasopressin enhances lymphocyte reactions and potentiates primary antibody. Elevated vasopressin levels are found in a mouse model of autoimmune disease, and antibody neutralization ameliorates the inflammatory response in these mice. Vasopressin can potentiate the release of prolactin, a proinflammatory  peptide hormone.

Because vasopressin has immunosuppressive effects when present in the central nervous system and immunosupportive effects when present in peripheral tissues, predicting which effect would predominate during vasopressin infusion in the ICU is difficult.

Vasopressin is a hormone of the posterior pituitary, that is secreted in response to high serum osmolarity. Excitation of atrial stretch receptors inhibits vasopressin secretion. Vasopressin is also released in response to stress, inflammatory signals, and some medications. Hypotension, morphine, nicotine, angiotensin II, glucocorticoids, and IL-6 all stimulate release of vasopressin. Circulating vasopressin levels are usually high in the early phase of septic shock,  but vasopressin deficiency has been described in vasodilatory shock states in both adults and children. The level of vasopressin that is normal in the late phase of sepsis is unclear.

Vasopressin selectively raises free water reabsorption through the upregulation of aquaporin-2  water channels in the collecting duct, resulting in blood pressure elevation (Elliot et al., 1996; Linshaw 2011). Although it appears that the developing kidney is less sensitive to circulating vasopressin, plasma levels of vasopressin are markedly elevated in the neonate, especially after vaginal delivery, and its cardiovascular actions facilitate neonatal adaptation (Pohjavuori et al., 1985; Linshaw, 2011). The high vasopressin levels are in part also responsible for the diminished urine output of the healthy term neonate during the first day after birth. Under certain pathologic conditions, the dysregulated release of, or the end-organ unresponsiveness to, vasopressin significantly affects renal and cardiovascular functions and electrolyte and fluid status in the sick preterm and term neonate (Svenningsen et al., 1974). In the syndrome of inappropriate secretion of antidiuretic hormone (SIADH), an uncontrolled release of vasopressin occurs in sick preterm and term neonates, with resulting water retention, hyponatremia, and oligouria. In the syndrome of diabetes insipidus, the lack of pituitary production of vasopressin or renal unresponsiveness to vasopressin results in polyuria and hypernatremia.

Le Peptide natriurétique auriculaire :
Le peptide natriurétique auriculaire (ANP) est libéré des granules auriculaires. Il produit une natriurèse, une diurèse et une baisse modeste de la pression artérielle, tout en diminuant la rénine et l’aldostérone plasmatiques. Les peptides natriurétiques modifient également la transmission synaptique des osmorécepteurs. Le (PNA) est libéré à la suite de la stimulation de l’oreillette par distension et étirement des récepteurs. Les concentrations de (PNA) sont augmentées par des pressions de remplissage élevées et chez les patients souffrant d’hypertension artérielle et d’hypertrophie ventriculaire gauche comme la paroi du ventricule gauche est épaissie participe à la sécrétion d’ANP.
Eicosanoïdes :
Les métabolites de l’acide arachidonique modifient la pression artérielle par des effets directs sur le tonus musculaire lisse vasculaire et les interactions avec d’autres systèmes vasorégulateurs: système nerveux autonome, le système rénine-angiotensine – aldostérone et autres voies humorales. Chez les patients hypertendus, un dysfonctionnement des cellules endothéliales vasculaires pourrait entraîner une réduction des facteurs de relaxation dérivés de l’endothélium tels que l’oxyde nitrique, la prostacycline et le facteur hyperpolarisant dérivé de l’endothélium, ou une augmentation de la production de facteurs de contraction tels que l’endothéline-1 et le thromboxane A2. Systèmes kallikréine-kinine Les kallikréines tissulaires agissent sur le kininogène pour former des peptides vasoactifs. Le plus important est le bradykinin vasodilatateur. Les kinines jouent un rôle dans la régulation du débit sanguin rénal et de l’excrétion d’eau et de sodium. Les inhibiteurs de l’ECA diminuent la dégradation de la bradykinine en peptides inactifs. Mécanismes endothéliaux L’oxyde nitrique (NO) intervient dans la vasodilatation produite par l’acétylcholine, la bradykinine, le nitroprussiate de sodium et les nitrates. Chez les patients hypertendus, la relaxation dérivée de l’endothélium est inhibée. L’endothélium synthétise les endothélines, les vasoconstricteurs les plus puissants. La génération ou la sensibilité à l’endothéline-1 n’est pas plus élevée chez les sujets hypertendus que chez les sujets normotendus. Néanmoins, les effets vasculaires délétères de l’endothéline-1 endogène peuvent être accentués par une génération réduite d’oxyde nitrique causée par une dysfonction endothéliale hypertensive.
Stéroïdes surrénales :
Les minéraux et glucocorticoïdes augmentent la pression artérielle. Cet effet est médié par la rétention de sodium et d’eau (minéralocorticoïdes) ou une réactivité vasculaire accrue (glucocorticoïdes). De plus, les glucocorticoïdes et les minéralocorticoïdes augmentent le tonus vasculaire en régulant les récepteurs des hormones pressives telles que l’angiotensine II. Vasodépression rénomédullaire Les cellules interstitielles rénomédullaires, situées principalement dans la papille rénale, sécrètent une substance inactive la médullipine I. Ce lipide est transformé dans le foie en médullipine II. Cette substance exerce un effet hypotenseur prolongé, éventuellement par vasodilatation directe, inhibition de la pulsion sympathique en réponse à l’hypotension et une action diurétique. On suppose que l’activité du système rénomédullaire est contrôlée par le flux sanguin médullaire rénal. Excrétion de sodium et d’eau La rétention de sodium et d’eau est associée à une augmentation de la pression artérielle. Il est postulé que le sodium, via le mécanisme d’échange sodium-calcium, provoque une augmentation du calcium intracellulaire dans le muscle lisse vasculaire entraînant une augmentation du tonus vasculaire. La principale cause de rétention de sodium et d’eau peut être une relation anormale entre la pression et l’excrétion de sodium résultant d’une diminution du débit sanguin rénal, d’une masse néphronique réduite et d’une augmentation de l’angiotensine ou des minéralocorticoïdes. Physiopathologie L’hypertension est une élévation chronique de la pression artérielle qui, à long terme, cause des dommages aux organes terminaux et entraîne une augmentation de la morbidité et de la mortalité. La pression artérielle est le produit du débit cardiaque et de la résistance vasculaire systémique. Il s’ensuit que les patients souffrant d’hypertension artérielle peuvent avoir une augmentation du débit cardiaque, une augmentation de la résistance vasculaire systémique, ou les deux. Dans le groupe d’âge plus jeune, le débit cardiaque est souvent élevé, tandis que chez les patients plus âgés, une résistance vasculaire systémique accrue et une rigidité accrue du système vasculaire jouent un rôle dominant. Le tonus vasculaire peut être élevé en raison d’une stimulation accrue des récepteurs a-adrénergiques ou d’une libération accrue de peptides tels que l’angiotensine ou les endothélines. La dernière voie est une augmentation du calcium cytosolique dans le muscle lisse vasculaire provoquant une vasoconstriction. Plusieurs facteurs de croissance, dont l’angiotensine et les endothélines, provoquent une augmentation de la masse musculaire vasculaire lisse appelée remodelage vasculaire. A la fois une augmentation de la résistance vasculaire systémique et une augmentation de la résistance vasculaire
la rigidité augmente la charge imposée au ventricule gauche; cela induit une hypertrophie ventriculaire gauche et un dysfonctionnement diastolique ventriculaire gauche. Chez les jeunes, la pression du pouls générée par le ventricule gauche est
relativement faible et les ondes reflétées par le système vasculaire périphérique se produit principalement après la fin de la systole, augmentant ainsi la pression au début partie de la diastole et l’amélioration de la perfusion coronaire. Avec vieillissement, raidissement de l’aorte et des artères élastiques,augmente la pression du pouls. Les ondes réfléchies passent de la diastole précoce à la systole tardive. Il en résulte une augmentation de la postcharge ventriculaire gauche et contribue à l’hypertrophie ventriculaire gauche. L’élargissement de la pression du pouls avec le vieillissement est un puissant prédicteur des maladies coronariennes. Le système nerveux autonome joue un rôle important dans le contrôle de la pression artérielle. Chez les patients hypertendus, une libération accrue et une sensibilité périphérique accrue à la noradrénaline peuvent être trouvées. De plus, il y a une réactivité accrue aux stimuli stressants. Une autre caractéristique de l’hypertension artérielle est la réinitialisation des baroréflexes diminution de la sensibilité des barorécepteurs. Le système rénine-angiotensine est impliqué au moins dans certaines formes d’hypertension (par exemple l’hypertension rénovasculaire) et est supprimé en présence d’hyperaldostéronisme primaire. Les patients âgés ou noirs ont tendance à souffrir d’hypertension à faible rénine. D’autres ont une hypertension à rénine élevée et ceux-ci sont plus susceptibles de développer un infarctus myocardique et d’autres complications cardiovasculaires. Dans l’hypertension essentielle humaine et expérimentale,l’hypertension, la régulation du volume et la relation entre la pression artérielle et l’excrétion de sodium (natriurèse sous pression) sont anormales. Des preuves considérables indiquent que la réinitialisation de la natriurèse sous pression joue un rôle clé dans la cause de l’hypertension. Chez les patients souffrant d’hypertension essentielle, la réinitialisation de la natriurèse sous pression se caractérise soit par un déplacement parallèle vers des pressions sanguines plus élevées et une hypertension insensible au sel, soit par une diminution de la pente de la natriurèse sous pression et de l’hypertension sensible au sel. Conséquences et complications de l’hypertension Les conséquences cardiaques de l’hypertension sont l’hypertrophie ventriculaire gauche et la maladie coronarienne. L’hypertrophie ventriculaire gauche est causée par une surcharge de pression et est concentrique. Il y a une augmentation de la masse musculaire et de l’épaisseur de la paroi mais pas du volume ventriculaire. L’hypertrophie ventriculaire gauche altère la fonction diastolique, ralentit la relaxation ventriculaire et retarde le remplissage. L’hypertrophie ventriculaire gauche est un facteur de risque indépendant de maladie cardiovasculaire, en particulier de mort subite. Les conséquences de l’hypertension sont fonction de sa gravité. Il n’y a pas de seuil de complications, car l’élévation de la pression artérielle est associée à une morbidité accrue dans toute la plage de pression artérielle (tableau 1).
La maladie coronarienne est associée à, et accélérée par, l’hypertension artérielle chronique, entraînant une ischémie myocardique et un infarctus du myocarde. En effet, l’ischémie myocardique est beaucoup plus fréquente chez les patients hypertendus non traités ou mal contrôlés que chez les patients normotendus. Deux principaux facteurs contribuent à l’ischémie myocardique: une augmentation de la demande en oxygène liée à la pression et une diminution de l’apport coronarien en oxygène résultant des lésions athéromateuses associées. L’hypertension est un facteur de risque important de décès par maladie coronarienne. L’insuffisance cardiaque est une conséquence d’une surcharge de pression chronique. Il peut commencer par un dysfonctionnement diastolique et évoluer vers une insuffisance systolique manifeste avec congestion cardiaque. Les AVC sont des complications majeures de l’hypertension; ils résultent d’une thrombose, d’une thrombo-embolie ou d’une hémorragie intracrânienne. La maladie rénale, initialement révélée par une micro albuminaémie, peut évoluer lentement et se manifester au cours des années suivantes. Traitement à long terme de l’hypertension Tous les antihypertenseurs doivent agir en diminuant le débit cardiaque, la résistance vasculaire périphérique ou les deux. Les classes de médicaments les plus couramment utilisées comprennent les diurétiques thiazidiques, les bbloquants, les inhibiteurs de l’ECA, les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine II, les bloqueurs des canaux calciques, les bloqueurs des récepteurs adrénergiques, les bloqueurs combinés des a et b, les vasodilatateurs directs et certains médicaments à action centrale tels que les a2- agonistes des récepteurs adrénergiques et agonistes des récepteurs de l’imidazoline I1. La modification du style de vie est la première étape du traitement de l’hypertension; il comprend une restriction modérée en sodium, une réduction de poids chez les obèses, une diminution de la consommation d’alcool et une augmentation de l’exercice. Un traitement médicamenteux est nécessaire lorsque les mesures ci-dessus n’ont pas réussi ou lorsque l’hypertension est déjà à un stade dangereux (stade 3) lors de sa première reconnaissance.
Thérapie médicamenteuse
Diurétiques:
Le traitement diurétique à faible dose est efficace et réduit le risque d’accident vasculaire cérébral, de maladie coronarienne, d’insuffisance cardiaque congestive et de mortalité totale. Alors que les thiazides sont les plus couramment utilisés, les diurétiques de l’anse
sont également utilisés avec succès et l’association avec un diurétique d’épargne potassique réduit le risque d’hypokaliémie et d’hypomagnésémie. Même à petites doses, les diurétiques potentialisent d’autres antihypertenseurs. Le risque de mort subite est réduit lorsque des diurétiques épargneurs de potassium sont utilisés. À long terme, les spironolactones réduisent la morbidité et la mortalité chez les patients souffrant d’insuffisance cardiaque
c’est une complication typique de l’hypertension de longue date.
Bêta-bloquants:
Un tonus sympathique élevé, l’angine de poitrine et un infarctus du myocarde antérieur sont de bonnes raisons d’utiliser des bêtabloquants. Étant donné qu’une faible dose minimise le risque de fatigue (un effet désagréable du blocage b

l’ajout d’un diurétique ou d’un inhibiteur calcique est souvent bénéfique. Cependant, le traitement par blocage b estassociée à des symptômes de dépression, de fatigue et de dysfonction sexuelle. Ces effets secondaires
doivent être pris en considération dans l’évaluation des avantages du traitement. Au cours des dernières années, les b-bloquants ont été utilisés de plus en plus fréquemment dans la prise en charge de l’insuffisance cardiaque, complication connue de l’hypertension artérielle. Ils sont efficaces mais leur introduction en présence d’insuffisance cardiaque doit être très prudente, à commencer par des doses très faibles pour éviter une aggravation initiale de l’insuffisance cardiaque. Bloqueurs des canaux calciques Les bloqueurs des canaux calciques peuvent être divisés en dihydropyridines (par exemple nifédipine, nimodipine, amlodipine) et non-dihydropyridines (vérapamil, diltiazem). Les deux groupes diminuent la résistance vasculaire périphérique mais le vérapamil et le diltiazem ont des effets inotropes et chronotropes négatifs. Les dihydropyridines à courte durée d’action telles que la nifédipine provoquent une activation sympathique réflexe et une tachycardie, tandis que les médicaments à longue durée d’action tels que l’amlodipine et les préparations à libération lente de nifédipine provoquent moins d’activation sympathique. Les dihydropyridines à courte durée d’action semblent augmenter le risque de mort subite. Cependant, l’essai sur l’hypertension systolique en Europe (SYST-EUR) qui comparait la nitrendipine au placebo a dû être arrêté tôt en raison des avantages significatifs
thérapie. Les inhibiteurs calciques sont efficaces chez les personnes âgées et peuvent être sélectionnés en monothérapie pour les patients atteints du phénomène de Raynaud, de maladie vasculaire périphérique ou d’asthme, car ces patients ne tolèrent pas les b-bloquants. Le diltiazem et le vérapamil sont contre-indiqués dans l’insuffisance cardiaque. La nifédipine est efficace dans l’hypertension sévère et peut être utilisée par voie sublinguale; il faut faire preuve de prudence en raison du risque d’hypotension excessive. Les bloqueurs des canaux calciques sont souvent associés aux b-bloquants, aux diurétiques et / ou aux inhibiteurs de l’ECA.
Inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine:
Les inhibiteurs de l’ECA sont de plus en plus utilisés comme traitement de première intention. Ils ont relativement peu d’effets secondaires et de contre-indications, à l’exception des sténoses bilatérales de l’artère rénale. Bien que les inhibiteurs de l’ECA soient efficaces dans l’hypertension rénovasculaire unilatérale, il existe un risque d’atrophie ischémique. Par conséquent, l’angioplastie ou la reconstruction chirurgicale de l’artère rénale sont préférables à une thérapie purement médicale à long terme. Les inhibiteurs de l’ECA sont des agents de premier choix chez les patients hypertendus diabétiques car ils ralentissent la progression de la dysfonction rénale. Dans l’hypertension avec insuffisance cardiaque, les inhibiteurs de l’ECA sont également des médicaments de premier choix. L’essai HOPE a montré que le ramipril réduisait le risque d’événements cardiovasculaires même en l’absence d’hypertension. Ainsi, cet inhibiteur de l’ECA peut exercer un effet protecteur par des mécanismes autres que la réduction de la pression artérielle. Bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II Comme l’angiotensine II stimule les récepteurs AT1 qui provoquent la vasoconstriction, les antagonistes des récepteurs de l’angiotensine AT1 sont des antihypertenseurs efficaces. Le losartan, le valsartan et le candésartan sont efficaces et provoquent moins de toux que les inhibiteurs de l’ECA. L’étude LIFE est le plus récent essai historique sur l’hypertension. Plus de 9000 patients ont été randomisés pour recevoir soit le losartan, un antagoniste des récepteurs de l’angiotensine, soit un b-bloquant
(aténolol). Les patients du bras losartan ont présenté une meilleure réduction de la mortalité et de la morbidité, en raison d’une plus grande réduction des AVC. Le losartan a également été plus efficace pour réduire l’hypertrophie ventriculaire gauche, un puissant facteur de risque indépendant d’effets indésirables. Chez les patients souffrant d’hypertension systolique isolée, la supériorité du losartan sur l’aténolol était encore plus prononcée que chez ceux souffrant d’hypertension systolique et diastolique. Ces résultats favorables ont conduit à un éditorial intitulé: «Blocus de l’angiotensine dans l’hypertension: une promesse tenue». Il convient de noter que le comparateur de l’étude LIFE était un b-bloquant et que, dans le passé, les b-bloquants n’étaient pas meilleurs que le placebo chez les personnes âgées.
Bloqueurs a1-adrénergiques Exempts d’effets secondaires métaboliques, ces médicaments réduisent le cholestérol sanguin et la résistance vasculaire périphérique. La prazosine a une action plus courte que la doxazosine, l’indoramine et la térazosine. Ces médicaments sont hautement sélectifs pour les récepteurs adrénergiques a1. La somnolence, l’hypotension orthostatique et parfois la tachycardie peuvent être gênantes. La rétention d’eau peut nécessiter l’ajout d’un diurétique. La phénoxybenzamine est un agoniste des récepteurs a-adrénergiques non compétitif utilisé (en association avec un b-bloquant) dans la prise en charge des patients atteints de phaéochromocytome, bien que récemment la doxazosine ait été utilisée avec succès. Vasodilatateurs directs:
L’hydralazine et le minoxidil sont des vasodilatateurs à action directe. Leur utilisation a diminué en raison du potentiel d’effets secondaires graves (syndrome du lupus avec l’hydralazine, hirsutisme avec le minoxidil). Inhibiteurs adrénergiques centraux La méthyldopa est à la fois un faux neurotransmetteur et un agoniste des récepteurs adrénergiques a2. La clonidine et la dexmédétomidine sont des agonistes des récepteurs a2-adrénergiques situés au centre. La sélectivité pour les adrénorécepteurs a2 vs a1 est la plus élevée pour la dexmédétomidine (1620: 1), suivie par la clonidine (220: 1), et la moins pour l’a-méthyldopa (10: 1). La clonidine et la dexmédétomidine rendent la circulation plus stable,
réduire la libération de catécholamines en réponse au stress, et
provoquer une sédation telle que la dexmédétomidine est maintenant utilisée pour la sédation dans les unités de soins intensifs.
La moxonidine est représentative d’une nouvelle classe d’agents antihypertenseurs agissant sur les récepteurs de l’imidazoline1 (I1). La moxonidine réduit l’activité sympathique en agissant sur les centres de la rostrale ventrale
médullaire latérale, réduisant ainsi la résistance vasculaire périphérique.
Peptides natriurétiques:
Les peptides natriurétiques jouent un rôle dans le contrôle du tonus vasculaire et interagissent avec le système rénine-angiotensine-aldostérone. En inhibant leur dégradation, les inhibiteurs de la peptidase rendent ces peptides naturels plus efficaces, réduisant ainsi la résistance vasculaire. Cependant, il n’y a que des essais à petite échelle de leur efficacité. Dans l’ensemble, des études récentes n’ont pas réussi à démontrer la supériorité des agents modernes sur les médicaments plus traditionnels, sauf dans des circonstances particulières, comme l’a démontré une méta-analyse basée sur 15 essais et 75 000 patients. Chez de nombreux patients, un traitement efficace est obtenu par l’association de deux agents ou plus, avec un gain d’efficacité et une réduction des effets secondaires.
Gestion des risques
En plus des mesures pharmacologiques pour le contrôle de la pression artérielle, il devrait y avoir un traitement actif des facteurs connus pour augmenter le risque d’hypertension. Il existe deux mesures distinctes. Premièrement, ceux qui abaissent la tension artérielle, par exemple la réduction de poids, la réduction de la consommation de sel, la limitation de la consommation d’alcool, l’exercice physique, l’augmentation de la consommation de fruits et légumes et la réduction de la consommation totale et de graisses saturées. Deuxièmement, ceux qui réduisent le risque cardiovasculaire, par exemple arrêter de fumer; remplacer les graisses saturées par des graisses polyinsaturées et monoinsaturées; augmentation de la consommation de poisson gras; et réduit l’apport total en graisses. Étant donné que les patients hypertendus courent un risque très élevé de maladie coronarienne, d’autres mesures thérapeutiques comprennent les thérapies par l’aspirine et les statines. L’aspirine à faible dose est efficace dans la prévention des événements thrombotiques tels que les accidents vasculaires cérébraux et l’infarctus du myocarde;
cela est également vrai chez les patients hypertendus dont la pression artérielle est bien contrôlée. Le risque de saignement sévère est très faible à condition que la pression artérielle soit réduite à moins de 150 / 90mmHg. Les avantages du traitement médicamenteux hypolipidémiant avec des statines sont bien établis dans les maladies coronariennes et les maladies cérébrovasculaires, deux conditions fréquemment associées à l’hypertension artérielle.

Références clés
Cain AE, Khalil RA. Physiopathologie de l’hypertension essentielle: rôle de la pompe, du vaisseau et du rein. Semin Nephrol 2002; 22: 3-16

Franklin SS, Khan SA, Wong ND, Larson MG, Levy D. La pression du pouls est-elle utile pour prédire le risque de maladie coronarienne? L’étude cardiaque de

Framingham. Circulation 1999; 100: 354–60

Hansson L, Zanchetti A, Carruthers SG, et al. Effets de la pression artérielle intensive diminution et faible dose d’aspirine chez les patients souffrant d’hypertension: principaux résultats de l’essai randomisé sur le traitement optimal de l’hypertension (HOT). Groupe d’étude HOT. Lancet 1998; 351: 1755–62

Haynes WG, Webb DJ. L’endothéline en tant que régulateur de la fonction cardiovasculaire dans la santé et la maladie. J Hypertension 1998; 16: 1081–98

Howell SJ, Hemming AE, Allman KG, Glover L, Sear JW, Foe¨x P. Prédicteurs de l’ischémie myocardique postopératoire. Le rôle de l’hypertension artérielle intercurrente et d’autres facteurs de risque cardiovasculaire. Anesthésie 1997; 52: 107-11
Prys-Roberts C. Phaeochromocytoma — progrès récents dans sa gestion. Br J Anaesth 2000; 85: 44 57

Weinberger MH. Sensibilité au sel de la pression artérielle chez l’homme. Hypertension 1996; 27: 481–90

Williams B, Poulter NR, Brown MJ. Directive de la British Hypertension Society pour la gestion de l’hypertension. Br J Med 2004; 328: 634–40

Yusuf S, Sleight P, Pogue J, Bosch J, Davies R, Dagenais G. Effets d’un inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine, le ramipril, sur les événements cardiovasculaires chez les patients à haut risque. Les chercheurs de l’étude d’évaluation de la prévention des résultats cardiaques. New Engl J Med 2000; 342: 145–53

Leave a Reply

Your email address will not be published.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>